• Une université populaire créée à Vitré (Ouest-France)

    SOURCE : Ouest-France – 27/11/2014

    Elle veut être un lieu de débat et de réflexion. Première soirée demain avec notamment Daniel Cueff, conseiller régional.

    « Les universités populaires sont des espaces de débat, de réflexion, de culture et d’information pour tous, sans distinction », explique Nicolas Kerdraon, l’une des personnes à l’initiative de l’Université populaire de Vitré, dans un communiqué. Pour cela, les organisateurs entendent inviter « à débattre avec des économistes, des philosophes, des sociologues… »

    Premier rendez-vous ce vendredi

    La première soirée a lieu ce vendredi autour du thème : L’avenir de notre République est-il fédéral ou régionaliste ? L’Université populaire de Vitré veut ainsi décliner certains sujets d’actualité comme « la révolte des Bonnets rouges » ou encore « la réforme territoriale et les élections locales en 2015 ».

    Les invités de cette soirée sont « Daniel Cueff, promoteur de l’Assemblée de Bretagne, et Fabrice Cadou de la plate-forme « DIBAB — DÉCIDEZ LA BRETAGNE » qui milite pour la réunification de la Bretagne. Leurs propositions seront analysées et questionnées par Ali Aït Abdelmalek, professeur de sociologie à l’université Rennes 2 ». Daniel Cueff est conseiller régional et maire de Langouët. Il a récemment publié un essai politique intitulé La Bretagne, un horizon démocratique pour notre République.

    L’Université populaire de Vitré a d’ores et déjà défini d’autres rendez-vous : vendredi 23 janvier, à 20h, avec la philosophe Nathalie Monnin sur le thème Qu’est-ce que la richesse ? ; samedi 7 février, à 17h, avec Jean-Michel Naulot (ancien banquier d’affaires et ancien membre de l’Autorité des marchés financiers) sur le thème Autopsie de la crise financière ; vendredi 13 mars, à 20h, avec Jean-Marie Harribey (professeur d’économie à Bordeaux 4 et membre du conseil scientifique d’Attac) sur le thème La richesse et la valeur en économie.

    Ce vendredi 28 novembre, à 20 h, salle Alizée au centre Jacques-Byer. Gratuit.