• Réforme territoriale: première « votation citoyenne » dans une commune de Loire-Atlantique (Le Parisien)

    SOURCE : Le Parisien – 30/11/2014

    Une première « votation citoyenne » sur la réforme territoriale et l’avenir institutionnel de la Bretagne s’est déroulée dimanche dans la commune de Saint-Viaud (Loire-Atlantique), a-t-on appris auprès des organisateurs, l’association Dibab.

    Celle-ci s’est fixé comme objectif une centaine de consultations similaires « sur les cinq départements de la Bretagne historique d’ici les élections régionales de décembre 2015 », a déclaré à l’AFP l’un des porte-parole de l’association, Fabrice Cadou.

    Deux questions étaient posées simultanément sur un même bulletin, avec « oui » ou « non » à cocher. La première était: « Êtes-vous pour la création d’une nouvelle région Bretagne intégrant la Loire-Atlantique et les quatre autres départements bretons? ». Deuxième question: « Si oui, êtes-vous pour la fusion des conseils départementaux et du conseil régional au sein d’une Assemblée de Bretagne? ».

    L’actuelle réforme territoriale prévoit de laisser sans changement la Bretagne et les Pays de Loire, incluant la Loire-Atlantique.

    Le conseil régional de Bretagne a adopté en juin dernier un voeu en faveur d’une Assemblée de Bretagne, réaffirmant au passage son « ambition » d’une Loire-Atlantique en Bretagne. Initiée notamment par le président de la commission des lois, le député Jean-Jacques Urvoas (PS), l’Assemblée de Bretagne entend préfigurer un nouveau modèle d’organisation territoriale avec la fusion du conseil régional et des conseils départementaux.

    Le vote s’est déroulé de 8H00 à 18H00 dans une salle municipale. Les électeurs pouvaient voter à partir de 16 ans et la commune avait mis à disposition de l’association les listes électorales. Après s’être assuré de « la légalité d’une telle opération », le maire a expliqué, dans un communiqué, sa volonté de donner « un plus aux habitants de la commune » à « l’esprit civique très fort ».

    Pour cette première, qui s’inspire largement d’une initiative similaire en Catalogne, Dibab escomptait une participation « entre 20 et 30% », a indiqué son porte-parole. « L’idée, c’est de faire bouger les lignes, que ces questions de la réunification et de l’évolution institutionnelle demeurent incontournables dans le débat jusqu’aux régionales », a-t-il dit. Il s’agit aussi de redonner confiance aux citoyens en montrant que « la démocratie peut partir de la base et pas seulement du haut vers le bas », a-t-il ajouté. Deux réunions publiques ont été organisées à Saint-Viaud avant cette consultation et des centaines de « professions de foi » distribuées.
    Sans affiliation politique, Dibab (« choisir » en breton) s’inquiète « d’une perte de confiance et d’un climat de démobilisation et de résignation menaçant la démocratie ».
    Une précédente votation avait notamment été organisée en France en 2009 sur l’avenir de La Poste.